Aujourd'hui:

BIENVENUE

Accueil
Condition d'utilisation
Information CNIL
La découverte du charbon
L'essor et le développement
La mine de 1815 à 1870
La mine de 1870 à 1914
La fermeture de la dernière mine
L'époque de 1735 à 1757
La mine sous la Révolution
Les divers mouvements sociaux
La mine de 1914 à nos jours
La mine en questions





















_______________

GENEALOGIE FAMILIALE

Le blason Duterne
Avis de recherche
Liste patronyme
L'arbre généalogique
Diverses annonces

_______________

INFORMATIONS

Demande de renseignements

_______________

HISTOIRE MINIERE

_______________

OUTILS

Concordance des calendriers
Divers liens site web 

_______________

LE SITE GENEADUTERNE

Les mises à jour
Contacter l'auteur

La mine sous la Révolution


En  1789 la Compagnie des mines d'Anzin était en pleine expansion. La production était de 110 000 tonnes en 1760, elle passa à 350 000 tonnes  en 1789. Pour marquer cette réussite Jean Léonard Mathieu, fils de Pierre qui dirigea la mine d' Anzin jusqu'en 1738, fut anobli par ordonnance du Roi de mars 1789 et eut le titre honorifique d'inspecteur des mines de France.

Mais la révolution approchait : chaque ville, paroisse, baillage de France rédigea, conformément à la tradition, des états généraux.



Après le 14 juillet 1789, les évènements se précipitèrent. les héritiers des seigneurs partirent à l'étranger. Parmi les principaux associés de la Compagnie, seuls restaient : Stanislas - Désandrouin - Taffin - Dupio - de Roeux.

 Par la volonté de la Constituante, La loi du 28 Juillet 1791, maintenait pourtant les droits des concessionnaires pour cinquante ans. Ainsi la compagnie d'Anzin fut maintenue dans ses droits.

Après la Révolution, la guerre est déclarée en Avril 1792 contre l'Autriche de François II.

Cette nouvelle épreuve ravagea la région. La production du charbon fut ralentie par le départ de nombreux ouvriers.

En 1793 l'armée Autrichienne envahit le Nord de la France. Anzin fut le théâtre d'opérations. les  Autrichiens s'installèrent sur le Mont Anzin ou ils mirent en place leurs canons. La ville de Valenciennes tombe au main des Autrichiens le 30 Juillet 1792.  L'Empereur François II est reçu  le 15 Avril 1794 par le directeur de la mine dont la plupart des installations avaient été dévastés.

Après la libération de la région, la Compagnie eut du mal à retrouver une production normale. La plupart des dirigeants avait émigré .Le 28 août 1794 ( 11 fructidor  an II ) les mineurs envoyèrent une pétition aux agents de la République afin de conserver leurs chefs. Parmi les signataires citons : Stiévenard - Richer - Dromby - Frêre - Falce - Taza - Thiéry - Dubois - Monier - Bia - Lefebvre - Duterne - Dutemple - Delfosse - Doucement - Vyon - Moyaux- Quivy- Steve - Philibain.

La loi du 7 Décembre 1794 (17 Frimaire an III ) autorisa les citoyens, dont  un ou plusieurs associés étaient frappés par la confiscation de leurs biens, à racheter à la Nation les parts confisquées. Les actionnaires d'Anzin utilisèrent cette possibilité et en 1796 reprirent la complète maîtrise des sociétés.

Après 1800 les anciens associés qui avaient émigrés, purent revenir et réclamèrent leurs droits.

En 1806 après de nombreuses transactions, la Compagnie se reforma et l'exploitation reprit intensivement.

En 1803, elle n'employait plus que 2200 ouvriers mineurs, en 1815 elle retrouvait l'effectif de 1789  soit 4000 mineurs. Enfin en 1810  l'article 51 de la loi rendit définitivement la propriété des concessions aux anciens associés fondateurs de la mine.

Page précédente Retour Suite Page suivante


Généalogie de la famille Duterne : http://pagesperso-orange.fr/geneaduterne
Mentions légales     Webmaster